Accueil Nos arTICles Pourquoi les TIC en EPS
Pourquoi les TIC en EPS

Pourquoi mobiliser les technologies de l'information et de la communication dans le cadre des cours d'éducation physique et à la santé?

Certains diront, « n'est-ce pas la cause première de l'inactivité physique chez les jeunes »? Certes, si le temps d'exploitation devient démesuré et d'autant plus si elles ne sont utilisées que comme passe-temps ou récompense. Mais en éducation, n'est-ce pas une partie de notre rôle que d'éduquer les jeunes face à ce virage technologique afin qu'ils mobilisent ces ressources aux fins d'apprentissages. On ne parle plus ici d'une simple utilisation pour motiver les élèves, mais plutôt d'une utilisation pour développer une panoplie de compétences.

D'ailleurs, une compétence est un savoir-agir fondé sur la mobilisation et l’utilisation efficace d’un ensemble de ressources. En éducation physique et à la santé, les ressources utilisées et mobilisées par l’élève pour mieux agir dans diverses situations se situent tant au niveau interne – connaissances (règles de jeu, concepts, principes...), savoir-faire (habiletés motrices, capacité physique…) et savoir-être (éthique sportive...) – qu’au niveau externe.

Cependant, dans la plus part des gymnases, y a-t-il de véritables ressources externes autres que l’enseignant et quelques pairs?

L’utilisation des technologies en gymnase permet à l’élève d’avoir des ressources externes supplémentaires à mobiliser, et ce, autant pour s’informer que réfléchir sur ses apprentissages, produire ou même communiquer. Ces ressources rendent l’enseignant davantage disponible pour intervenir auprès des élèves qui en ont réellement besoin, évitant parfois une panoplie de démonstrations inutiles et permettant à plusieurs élèves d’être plus autonomes dans leurs apprentissages. Bien sûr, les TIC doivent être mobilisées dans des moments opportuns, c'est à dire dans des situations ou ces dernières font réellement une différence à l'apprentissage, sinon, leur utilisation n'en vaut pas la peine.

De façon plus concrète, voici une multitude de pistes d'utilisation des TIC en EPS.

 

Comme élément déclencheur

Cet exemple est très banal, mais comme enseignant, avons-nous plusieurs stratégies pour amorcer une nouvelle situation d'apprentissage afin que nos élèves soient motivés à s'engager dans les activités à venir? La simple présentation d'une courte séquence vidéo d'un extrait d'un match sportif, d'une performance sportive, d'une entrevue avec un athlète fait parfois une grande différence. Non seulement elle annonce l'activité à venir, mais donne souvent le goût aux élèves de sauter à pieds joints dans l'action.

En début de cours, j'ai annoncé aux élèves que les prochaines rencontres seraient axées sur le saut à la corde et je les ai invité à se choisir une corde à sauter afin d'explorer différents types de sauts qu'ils connaissaient. Avec un autre groupe d'élèves, dès leur arrivée au gymnase, j’ai présenté un court extrait vidéo d'un spectacle de démonstrations de saut à la corde pour ensuite les inviter à se choisir une corde. La différence à s'engager dans la tâche était évidente entre les deux groupes. Bien entendu, les élèves ont été inactifs au niveau moteur pendant 2 ou 3 minutes, mais ils étaient beaucoup plus engagés dans l'action par la suite. Sans les TIC, il est beaucoup plus difficile de faire appel à ce type de stratégie comme amorce à une nouvelle activité.

 

Les TIC pour s’informer…

Malheureusement, soit par manque d'intérêt personnel face à une activité ou par manque de connaissances et d'habileté à montrer différents mouvements, il arrive que des enseignants utilisent peu certains moyens d'action. Ce sont donc les élèves qui s'en trouvent pénalisés. Par exemple, il n’est pas toujours évident de montrer différents types de figures de jonglerie, gymnastique ou saut à la corde! Parfois, ça l'est encore moins de faire vivre une danse cardio-respiratoire à nos élèves.

 

Sites internet

Il existe plusieurs sites internet de démonstrations d'habiletés motrices qui parfois présentent même des pistes de remédiation. Si en gymnase, l’élève a accès aux ressources d’internet via l’ordinateur, il pourra, à l’occasion aller consulter de façon autonome différents types de démonstrations qui pourront l'aider à créer son enchainement gymnique, son numéro de jonglerie, son programme de saut à la corde ou son enchainement de mouvements dans un type de danse cardio-respiratoire. Ainsi, l'enseignant peut même éviter les répétitions de démonstrations. De plus, avec de tels outils, les élèves peuvent progresser davantage à leur rythme permettant aux plus habiles d'avoir accès à des mouvements ou des figures plus difficiles.

 

Pour la compétence 3

Il existe également différents sites présentant de l'information en lien avec le contenu de formation de la compétence « Adopter un mode de vie sain et actif ». Un bel exemple est le site Brain Pop qui propose une cinquantaine de courts films d'animation traitant de différents sujets. En ayant les outils technologiques permettant de présenter ces séquences, celles-ci pourraient être rendues disponibles pour tout le groupe ou seulement à quelques élèves qui sont en attente d’une autre activité. Les élèves pourraient être informés par exemple, sur les différentes articulations, le fonctionnement des muscles, du coeur ou du système digestif.

 

Logiciels d'animations

En sport collectif (basketball, soccer, hockey, etc.), il est possible de présenter un exercice éducatif afin de faire acquérir différentes stratégies offensives aux élèves à l’aide d’un simple tableau. Cependant, il serait aussi possible de présenter ce type d'exercices en utilisant différents logiciels d'animation à partir de l'ordinateur. Les élèves pourraient ainsi sélectionner un type de jeu, le visionner et aller le mettre en application dans l'action. L'enseignant pourrait donc se créer une banque d'exercices que les élèves peuvent aller consulter en tout temps. Les élèves n'ayant pas bien assimilé ce qu'ils ont à faire peuvent donc avoir la chance de revisionner ce qu'ils ont à exécuter selon la situation. Si les élèves, de façon autonome choisissent un des exercices en équipe, l'enseignant peut alors circuler pour aider et questionner les élèves afin de favoriser la réussite de l'exercice.

 

Des TIC pour réfléchir et s'ajuster

Un élève compétent en EPS est celui qui, entre autres, est capable de faire un retour réflexif sur ses apprentissages. Il est également celui qui est capable de s'ajuster et d'évaluer sa prestation et celles des autres selon la compétence visée. Pas toujours évident! En EPS, l'action est éphémère et il ne reste aucune trace des productions réalisées. Ainsi, des outils permettant la capture vidéo sont pratiquement indispensables. Le simple fait que l’élève s’observe à la suite d’une prestation l’amène à réfléchir sur les éléments à conserver ou à améliorer et ainsi consolider ses apprentissages.

Peut-il y avoir un véritable apprentissage sans un court moment de réflexion?

Lorsque l'élève retourne dans l’action, il est plus conscient des éléments à travailler. Le fait de se voir agir et de nommer le processus qui l'amène à mieux réussir est un véritable atout pour la métacognition. Un élève qui se regarde faire une touche au volley-ball, un enchaînement en gymnastique ou interagir dans une partie de basketball a la chance de verbaliser certains éléments de sa prestation. On ne parle plus ici de filmer l'élève afin de porter un jugement sur sa prestation, mais bien de permettre à l'élève de faire un retour réflexif sur ses apprentissages. N'est-ce pas un bel exemple que d'impliquer l’élève dans le processus d'évaluation permettant du même coup à l'enseignant de faire des observations en lien avec ce critère d'évaluation.

Il serait dommage de tomber dans le piège de filmer vos élèves seulement pour les regarder à la maison ou pendant vos périodes de disponibilités afin de porter votre jugement au bulletin. N'oubliez pas que la fonction première de l'évaluation est au service de l'apprentissage. Dans le cas précédent, est-ce que la capture vidéo a amené vos élèves à mieux apprendre? L’élève devient-il un meilleur observateur de ses apprentissages? Il est primordial que l’apprenant perçoive  la capture vidéo comme un outil d’apprentissage et pour ce faire, l’enseignant, par ses actions et interventions, joue un rôle très important.

Plusieurs outils permettent de faire de la capture vidéo de façon rapide et efficace. Un simple appareil photo numérique ayant une fonction de capture vidéo peut-être suffisant. Par contre, une webcam reliée à un ordinateur avec un logiciel de capture vidéo est très efficace. La séquence peut s'enregistrer automatiquement à l'ordinateur et même dans un dossier déterminé au préalable. Bien sûr l'utilisation de la capture vidéo doit être planifiée (qui, quand, pourquoi, à quel endroit???)

 

Pour une analyse plus pointue


Il existe des logiciels d'analyse de mouvement. Certains peuvent lire plusieurs types de formats vidéo et comporte une multitude d'outils d'analyse. Il devient donc possible de visionner une séquence vidéo à vitesses variables, utiliser la fonction « crayon » pour écrire sur celle-ci, visionner deux séquences à la fois pour se comparer et ajouter une grille sur la séquence vidéo. En jonglerie par exemple l'élève peut constater si la position de ses coudes demeure stable, si la hauteur des lancers de ses balles est constante. En situation de jeu collectif comme le basketball, il est alors facile de voir si le joueur respecte sa position dans une stratégie du corridor. Bien sûr l’utilisation de ces applications à l’aide d’un TBI ou d’un écran interactif augmente le rapport kinesthésique au numérique.

 

Pour produire

Des séquences vidéo de démonstrations

La capture vidéo peut être utilisée comme un moyen efficace d'amener l'élève à réfléchir et à s'ajuster, mais elle pourrait être utilisée également pour produire. Oui, mais produire quoi? Produire des séquences vidéo de diverses démonstrations d'habiletés motrices qui pourraient être utilisées comme ressources externes par d'autres élèves de l'école. Quoi de plus motivant pour un élève de lui annoncer qu'il aura la chance de servir de modèles pour d'autres en montrant des lancers en tchoukball, un saut en hauteur, etc.

 

Des affiches

Avec l'aide d'un titulaire, les élèves pourraient créer différentes affiches de démonstrations. En EPS, ils pourraient se photographier en train de faire correctement un étirement musculaire ou encore en montrant un exercice à exécuter en musculation ou avec un ballon suisse. L'enseignant titulaire pourrait ainsi travailler des compétences du domaine des arts! Une fois les affiches accrochées au mur du gymnase, celles-ci serviront à leur tour comme ressources externes.

 

Pour communiquer

Communiquer en EPS! Comment et pourquoi?

Il existe différents outils de vidéoconférence permettant de communiquer à distance avec d'autres personnes. Avec un lien internet, une caméra reliée à un ordinateur ayant un logiciel de vidéoconférence (ex. : Skype), il est possible d'entrer en contact avec un autre groupe d'élève d'une autre école. À l’aide de telles ressources, il devient très signifiant pour les élèves de préparer une danse cardio-respiratoire dans le but de la faire vivre en direct à des élèves provenant d'un autre milieu scolaire. Ils pourraient même montrer un court numéro de saut à la corde qui servirait d'élément déclencheur aux auditeurs pour amorcer une nouvelle situation d'apprentissage. Bref, l'utilisation de la vidéoconférence contient une multitude d’avantages.

Sur un plus grand écran

Si l'on veut faire une présentation à tout un groupe à la fois, il est évident qu'un écran d'ordinateur ne suffit pas. Dans ce cas, il est important de planifier que les élèves visionneront la présentation en sous-groupe, en sous-équipe ou par atelier. Sinon, on peut utiliser un canon projecteur qui demande bien sûr du temps d'installation. Un ordinateur relié à un téléviseur sur un chariot est selon moi l'idéal, tout dépendant de votre gymnase. Le téléviseur est mobile, très vite installé et possède un écran suffisamment grand afin que l'ensemble de votre groupe voie bien.

 

Conclusion

Voici donc plusieurs pistes d'utilisation des TIC en EPS. Par contre, avant de faire la demande de matériel technologique pour votre gymnase (lien internet, ordinateurs, caméra...) il faut d'abord être en mesure d'expliquer en quoi ces outils aident l'élève à mieux apprendre et aussi être convaincu. Une fois les outils en main, la première étape avant de mobiliser les TIC en gymnase est la planification. Choisir l'endroit, les moments appropriés, prévoir qui utilisera quoi et pourquoi.

C’est avec un grand plaisir que le service national du RÉCIT au développement de la personne peut collaborer avec vous pour la mise en place d'un projet intégrant les TIC avec vos élèves.

Joël Bouthillette